Dépliant annonçant le webinaire Décoloniser l’action humanitaire
Dépliant annonçant le webinaire Décoloniser l’action humanitaire

Comme Tammam Aloudat et Themrise Khan écrivent : « La décolonisation de l'aide humanitaire s'est imposée dans le débat humanitaire ces dernières années… Mais le comment, dans quelle mesure et avec quels moyens n'est pas encore clair ».

Notre récent webinaire SSHAP'Décoloniser l’action humanitaire : une multiplicité de sens, de modes et de méthodes» visait justement à examiner cela – à aller au-delà des mots à la mode et à explorer les significations, modes et méthodes multiples et émergents pour décoloniser l’aide et les réponses d’urgence. Dans cet article de blog, les panélistes du webinaire partagent leurs réflexions sur la question : Comment pouvons-nous décoloniser l'action humanitaire compte tenu de la multiplicité des significations, des modes et des méthodes ?

Obindra B. Chand, boursier SSHAP, 2022

La décolonisation est un concept à multiples facettes. En tant qu’approche critique, elle nous aide à identifier les racines des inégalités telles qu’elles découlent de l’ère coloniale à plusieurs niveaux. Cela a conduit à examiner, sous un angle décolonial, de nombreux aspects de l’action humanitaire, allant de la conception des politiques à la consultation des communautés lors des interventions en cas de catastrophe. Il est toutefois difficile de s’entendre sur la manière dont l’action humanitaire peut être décolonisée, sur les plans conceptuel, pratique et contextuel. Cela soulève de nombreuses questions concernant l’opérationnalisation et la mise en œuvre de l’action humanitaire. Qui dirige et qui décide ? Comment le pouvoir est-il partagé ? Comment les ressources sont-elles déployées ? Qui obtient des ressources et qui n’en obtient pas ? Qui et pourquoi sont-ils liés au paradigme, au modèle et au système plus larges ? Les réponses à ces questions ne sont ni faciles ni universelles. Il n’existe pas de solution universelle.

Mon point de vue est que la décolonisation pratique de l’action humanitaire devrait inclure la confiance dans les dirigeants locaux, l’engagement dans un engagement significatif avec les communautés locales, aux côtés des populations marginalisées et vulnérables telles que les personnes handicapées, l’investissement dans l’innovation locale et le renforcement des systèmes de réponse locaux. Cela privilégierait l'expérience « vécue » des communautés affectées/vulnérables et ouvrirait des opportunités de co-conception avec elles d'une action humanitaire culturellement appropriée, contextuellement pertinente et socialement acceptable. En plus de développer un sentiment d’appropriation, de durabilité et d’efficacité du système, de telles initiatives pourraient contribuer à un véritable changement de paradigme – d’une approche caritative à une approche de l’action humanitaire basée sur l’équité, reconnaissant la diversité, l’inclusion et la communauté. implication dans les différentes étapes des réponses humanitaires.

Alexandre Branco-Pereira, boursier SSHAP, 2023

Les urgences et les catastrophes sont fréquemment utilisées comme possibilités de retrait des droits, lequel répond à une configuration coloniale, néolibérale et suprémaciste blanche de la politique mondiale. Bien que les urgences et les catastrophes – perturbations qui interrompent le cours normal de la vie – soient généralement évoquées lorsqu’on parle d’action humanitaire, la colonialité est un modèle structurel de répartition du pouvoir établi avec force il y a des siècles par les pays européens, et il continue d’avoir un impact significatif sur la façon dont les anciennes colonies sont structurées aujourd'hui.

Ainsi, il est important de reconnaître que les crises humanitaires ne doivent jamais être dissociées de leur contexte colonial. La décolonisation de l’action humanitaire exige de s’attaquer aux problèmes politiques locaux et mondiaux si nous souhaitons réorganiser les dynamiques de pouvoir en jeu. Quelques questions directrices peuvent être utiles : Comment les éléments structurels des situations d’urgence et des catastrophes peuvent-ils être continuellement pris en compte et traités – à la fois pour prévenir de futures crises et également pour garantir que les droits ne soient pas violés lors des interventions d’urgence ? Comment pouvons-nous garantir que nous ne négligeons pas les contextes sociaux, politiques et économiques dans lesquels la réponse aura lieu ?

Une autre approche utile consiste à établir des processus de consultation systématique avec les communautés affectées. Engager les communautés dans la conception des actions qui affecteront leur vie, surtout si cela n'est pas fait comme un moyen d'atténuer la « résistance » envers les figures de pouvoir, est essentiel pour produire une action humanitaire qui considère tous les acteurs qui y sont engagés comme des égaux politiques. De cette manière, les communautés affectées peuvent participer à ces processus de conception avec plus de pertinence que d’autres acteurs extérieurs ne connaissant pas leur contexte. Cela a le potentiel de redistribuer le pouvoir.

Michael Kunnuji, boursier SSHAP 2022

La décolonisation signifie différentes choses pour différentes personnes et dans différents contextes. Une question qui n'a pas disparu partout où le concept de décolonisation de l'action humanitaire est abordée est celle du « comment ».

L’appel à la décolonisation doit être authentique et doit émaner des pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI). À l’heure actuelle, l’idée résonne davantage auprès des acteurs des pays à revenu élevé (HIC), bien que souvent auprès de ceux qui ont des racines dans les PRFI. À quel moment les acteurs des PRFI commenceront-ils à diriger le mouvement ? Cet appel pourrait paraître plus authentique et organique lorsque ceux qui sont en première ligne dans les PRFI commenceront à prendre les devants pour déterminer ce que signifie pour eux l’action humanitaire décolonisée et la meilleure manière de la mettre en œuvre. Par exemple, les appels à mettre fin à l'octroi de financements perçus comme assortis de « conditions » pourraient ne pas être acceptables pour ceux dont la vie dépend actuellement de ces dispositions. Décoloniser l’action humanitaire, c’est centrer et amplifier les voix étouffées de ceux qui ont le plus besoin de l’action humanitaire. À l’heure actuelle, les universitaires et les praticiens des pays du Nord, même ceux issus des PRFI, sont les plus bruyants et les plus centrés. Cela doit changer.

La colonialité elle-même est fortement liée au capitalisme néolibéral au niveau mondial – un système économique qui privilégie les HIC au détriment des PRFI. Le dicton courant selon lequel « celui qui paie le son donne le ton » a des implications pour l'action humanitaire. Les gouvernements des PRFI doivent donner la priorité aux investissements dans le développement local. De cette façon, ils peuvent donner le ton. Il y a plus de chances que l’action humanitaire soit plus équitable, plus juste et reflète moins la suprématie blanche si elle est financée localement.

Paola Chaves, boursière SSHAP 2022

Pour moi, cette question a deux réponses possibles. La première réponse possible concerne les stratégies et pratiques de décolonisation dans les interventions humanitaires. Les interventions pourraient aller au-delà des méthodes participatives pour atteindre la co-conception et la co-mise en œuvre complètes d'interventions, dans lesquelles le rôle de la population locale est central dans la prise de décision. Dans ce scénario, les organisations d'aide humanitaire auraient un rôle de coordination, comme un pont, ou un rôle de facilitateur (par exemple, attirer des donateurs et collecter de l'argent), tandis que dans le reste du processus, elles renonceraient au pouvoir. Les experts devraient discuter de leurs connaissances avec la population locale pour comprendre dans quelle mesure leurs connaissances s'appliquent à chaque cas. Cela renvoie à un concept appelé écologie du savoir dans lequel différents savoirs sont reconnus et la hiérarchie de ces savoirs est définie en fonction des besoins et des priorités des peuples, au lieu de supposer que le savoir scientifique occidental est le plus pertinent.

La deuxième réponse possible concerne les questions de justice historique et de réparations. C’est plus radical, et donc très difficile à mettre en œuvre. De ce point de vue, « l'aide » humanitaire est une obligation morale qui nécessite une compréhension de la justice et de la solidarité ainsi que des racines historiques de cause à effet dans toute crise humanitaire. En outre, il devrait aborder les implications politiques de toute intervention humanitaire ou de son absence. Par conséquent, même le nom devrait être différent, par exemple justice humanitaire au lieu d’aide humanitaire.

Orientations pour décoloniser l’action humanitaire

Les réflexions ci-dessus décrivent une multiplicité d’orientations orientées vers un engagement commun en faveur d’une action humanitaire plus pertinente, équitable et juste. Ces réflexions conçoivent collectivement la « décolonisation de l’action humanitaire » comme centrer l’action et le leadership des communautés affectées et décentraliser (et rééquilibrer) le pouvoir et les ressources ainsi que remettre en question les relations de pouvoir coloniales. Cela inclut non seulement la consultation mais aussi la conception conjointe de l'action humanitaire avec les communautés touchées par les crises humanitaires, en centrant et en amplifiant leurs efforts. actions et expériences « quotidiennes » et connaissances et expertise.

Dans le même temps, les réflexions esquissent des orientations contrastées (mais complémentaires) pour décoloniser l’action humanitaire. Par exemple, alors qu'Obindra, Alexandre et Paola appellent à l'engagement et à la co-conception avec les communautés « locales », Michael centre le rôle des gouvernements dans la transformation de l'action humanitaire. Et tandis qu’Alexandre et Michael attirent l’attention sur les contextes mondiaux et coloniaux des crises et des réponses humanitaires, Paola ajoute à cela en abordant les questions de réparations et de justice historique.

Quelle voie à suivre ?

Aborder la question de savoir comment décoloniser l’action humanitaire nécessite, à son tour, de prêter attention à de nombreuses autres questions, comme le soulignent les réponses ci-dessus : comment le pouvoir est-il partagé et comment les ressources sont-elles distribuées ? Comment les contextes structurels et historiques plus larges de l’action humanitaire sont-ils abordés ? Quelles connaissances sont reconnues et centrées ? Et qui dirige le mouvement visant à « décoloniser » l’action humanitaire ?